Un pancréas artificiel pour lutter contre le diabète de type 1

Présentation

Le diabète est une maladie très contraignante qui touche de plus en plus de monde, 200 000 en France actuellement. Pour pallier aux difficultés et à la souffrance de ces personnes touchées par cette maladie, un groupe de diabétologues a lancé un projet de pancréas artificiel en 2011. Le but est d’améliorer la régulation de la glycémie et la qualité de vie des patients. Diabeloop SAS est née de cette initiative afin de rendre disponible le pancréas artificiel.

Ce dispositif est composé de trois parties afin de reproduire les fonctions du pancréas. Un capteur de glycémie envoie les données à un terminal qui contient un algorithme complexe afin de déterminer la meilleur dose d’insuline à envoyer à la pompe connectée. Les données sont envoyées en parallèle à un service de suivi afin d’améliorer le traitement sur le long terme. Une première série de tests cliniques en boucle fermée sur 35 patients a eu lieu en 2014, montrant un réel succès. Nous espérons pouvoir mettre à disposition le système Diabeloop avant la fin de l’année 2017.

S’inscrire à la newsletter

Votre adresse a bien été enregistrée
Vous devez nous donner votre nom
Vous devez nous donner une adresse e-mail valide
Erreur technique : merci de nous contacter

Le diabète de type 1

Le diabète de Type 1 est une maladie autoimmune chronique qui affecte 200 000 personnes en France et peut toucher n’importe qui. Il attaque le pancréas et détruit les cellules qui secrètent l’insuline, hormone clé régulant le glucose. Beaucoup de cas se déclarent avant l’âge de 20 ans, et le patient aura donc à « gérer » sa maladie pendant toute sa vie d’adulte.

Pour cela, ces patients doivent tous les jours, et plusieurs fois par jour, prendre des décisions sur la dose précise d’insuline à s’administrer, soit par injection avec un stylo injecteur, soit via une pompe à insuline dont ils ont à constamment régler les débits.

En cas d’erreur en trop, c’est l’hypoglycémie, parfois grave avec comas. En cas d’erreur par défaut (option souvent prise par des patients craintifs des hypoglycémies), c’est l’hyperglycémie qui aboutira aux complications qui font toute la gravité de la maladie (cécité, amputations, atteintes rénale ou cardiaque,..).

Ainsi ces patients doivent tous les jours…

Décider de leur dose d’insuline de base

En particulier la nuit, avec la hantise des hypoglycémies nocturnes.

Décider de leur dose à chaque repas

En fonction de la quantité de glucides qu’ils souhaitent ingérer et de la glycémie du moment, mesurée au bout du doigt avant chaque repas.

Anticiper toute activité physique

Par une réduction de leur dose d’insuline ou un resucrage préventif, faute de quoi ils feront une hypoglycémie.

La solution : un service de pancréas artificiel

Le projet a démarré en 2011,
et un prototype a passé des études cliniques sur 35 personnes en 2014 avec succès

Fig 1. Exemple d’évolution du taux de glucose typique chez un diabétique traité traditionnellement.

Fig 2. Exemple typique du fonctionnement de Diabeloop.

Les membres du projet

Les hopitaux universitaires partenaires

Pour toutes informations ou questions sur l’entreprise Diabeloop ou ses produits, contactez-nous

Nous contacter

Diabeloop

155 Cours Berriat
38000 Grenoble

info@diabeloop.fr

Votre nom (obligatoire)

Votre email (obligatoire)

Sujet

Votre message

Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à permettre à DIABELOOP la gestion des contacts et des messages qu’elle reçoit. Conformément à la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 modifiée, relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, vous disposez d’un droit d’accès, de modification, de rectification et de suppression des données vous concernant. Pour exercer ce droit adressez-vous à DIABELOOP : 155 Cours Berriat- 38000 Grenoble ou par e-mail à info@diabeloop. Nous vous informons qu’aucun avis médical ne pourra vous être donné.